Etude posturale ; conseils, bénéfices et méthode

On a testé pour vous... L'étude posturale !
Mais... C'est quoi ce truc ?

Une étude posturale consiste « tout simplement » à chercher LA position la plus ergonomique possible sur son vélo !

Vous me direz, mais pourquoi faire ? Il suffit de monter sa selle et c’est parti non ?
Et bien, pas tout à fait… En tout cas ce n’est pas si simple que ça !

Saviez-vous qu'une des raisons principales des blessures en vélo est l'inadaptation du "couple" cycliste - machine ?

Le vélo est reconnu pour être un sport peu traumatique pour le corps. En effet, c’est un sport « porté » avec l’avantage d’être réalisé sans décharge c’est à dire sans impact lié au poids du cycliste avec de faibles conséquences sur les articulations (à l’inverse de la course à pied, source de nombreuses blessures liés aux impacts répétés sur le sol).

Malgré tout, une mauvaise posture sur le vélo peut amener à créer de « mini-traumatismes » si le cycliste n’est pas en parfait équilibre sur son vélo, qui peuvent vite se transformer en blessures (syndrome rotulien, lombalgie, tendinites…).

Vous avez compris là où je voulais en venir…

Les bénéfices d'une étude posturale

L’étude posturale (réalisée par un professionnel) a de nombreux bénéfices… 

  1.  Eviter les douleurs : même si ces douleurs ne seront pas forcément des signes précurseurs de blessures, ce n’est jamais agréable d’avoir des contractures ou des douleurs lombaires quand on commence à rouler plus de 2 heures sur son vélo… Surtout quand c’est dans le cadre d’une compétition et qu’on veut attaquer au mieux la course à pied !
  2. Prendre (encore plus) de plaisir à rouler : avoir un vélo bien réglé permet de ne faire plus qu’un avec son vélo et d’être plus à l’aise sur des sorties difficiles !
  3. Améliorer les performances : sans être certain d’un gain de puissance substantiel, vous serez beaucoup plus performant avec une meilleure assise et un appui plus juste sur vos pédales, tout en vous fatiguant moins vite !
Personnellement, ce sont d’abord de petites douleurs qui m’ont poussées à aller en réaliser une (en bas du dos et au genou). Bon bien sûr, c’est aussi aussi pour essayer d’aller plus vite que les copains… Mais ça c’est loin d’être gagné 🙂.

Mais alors on fait ça où ?

Il existe de nombreuses enseignes qui proposent des études posturales, avec différentes techniques et compétences.

Vous avez d’ailleurs peut être eu la chance d’en faire une lors de l’achat de votre vélo !

Pour ma part, j’ai acheté le mien d’occasion et j’ai pu tester il y a 2 ans une étude posturale chez une distributeur connu (dont je tairais le nom !), sans réels bénéfices… Quelques prises de côtes, 15mn de Home Trainer et 200 euros plus tard c’était fini. Bof bof !

Il y a presque autant de distributeurs / magasins de vélo que de manières de mener une étude posturale… Et le choix devient vite une galère !

Conseils pour choisir son étude posturale :

Un article très bien fait du magazine “Le Cycle, N°535” détaille toutes les techniques et technologies proposées pour une étude posturale (vous la trouverez dans la bibliographie de cet article).

Pour synthétiser voici d’après moi les critères les plus importants pour choisir & différencier les types d’étude posturale :

  1. Le niveau d’expertise de la personne qui réalise l’étude : la qualité la plus importante pour une étude posturale réussie. Ici pas d’autres choix que de comparer les avis sur Google et téléphoner dans les magasins pour se faire une idée 🙂
  2. Le niveau de technicité & d’automatisation que vous recherchez : certaines études sont réalisées de façon quasi totalement automatisée (modélisation 3D du cycliste, statistiques de pédalages… jusqu’aux cales des chaussures réglées aux laser), d’autres à l’inverse avec un simple home trainer… A vous de voir, souvent le prix est très lié aux outils utilisés.
  3.  Le prix – allant de 100 à 400 € lié principalement à trois critères ; le temps de l’étude, le niveau d’automatisation et le moulage ou non de semelles.
Après de multiples recherches sur internet pour trouver un endroit qualitatif dans la région parisienne, me voici rendu au Triathlon Store de Pontoise. Et ici, rien à voir avec ce que j’ai pu faire il y a deux ans… 
 

Le magasin propose deux types de formule pour l’étude posturale :

  • Formule à 250€ comprenant mesure, calculs des cotes du vélo, test dynamique, report sur le vélo, réglages cales.
  • Formule 350€ avec le moulage de semelle en plus de la formule précédente

Pour ma part j’ai choisi celle avec les semelles (tant qu’à faire…!) qui permettent d’améliorer le contact entre le pied et les chaussures, facilitant la poussée et le confort !

L'étude posturale au Triathlon Store de Pontoise

J’ai été accueilli par Alex, un des deux frères fondateurs du Triathlon store et ancien cycliste professionnel.

Il n’existe pas de diplôme à proprement parlé sur ce métier, c’est d’abord l’expérience (et le matériel associé) qui permet d’avoir de bons résultats… Avec lui, je pars rassuré !

J’arrive dans ce beau magasin et un café plus tard me voilà rendu dans l’arrière boutique dédiée aux études posturales avec :

  • Un vélo ergonomique et entièrement réglable avec capteur de puissance – c’est le vélo qui sera utilisé pour faire les tests par la suite (le système Rethül présenté dans l’article du Cycle)
  • Mon vélo positionné sur un home trainer
  • Un outil pour réaliser le moulage des semelles
  • Un bureau avec une déco qui me plait bien ; des médailles Ironman, des maillots cyclistes… 🙂

Les différentes étapes de l'étude posturale...
Prise de côte, semelles et échauffement

Bon concrètement, comment ça se passe ?

Après un avoir fait un premier point sur les compétitions à venir, mon vélo et mon niveau en cyclisme. On passe aussi rapidement en revue les différentes douleurs que je peux ressentir sur le vélo. 

C’est parti !

  1. On commence d’abord par les semelles pour pouvoir les utiliser sur le vélo d’entrainement. Me voilà sur une machine qui ressemble à celle utilisée chez les podologues (c’est d’ailleurs possible de les réaliser directement chez un spécialiste du sport), l’objectif étant de « remplir » l’espace entre le pied et la chaussure pour optimiser la puissance de poussée sur les pédales.
  2. Ensuite c’est une rapide prise de côte de l’entrejambe pour s’assurer de la position sur le vélo 
  3. Et c’est parti pour 5mn d’échauffement sur le vélo de test qui est sur les côtes exactes de mon vélo à mon arrivée dans le magasin
  • Objectif : chauffer les muscles avec les mêmes côtes que mon vélo, pour ne pas brusquer tout de suite le corps avec des changements ergonomiques. 
  • Allure cible  : une allure d’endurance modérée, celle qu’on peut donc tenir tout en tenant une conversation sans trop être essouflé (65 à 70% de sa Puissance Maximale Aérobique – PMA). 

Le vélo de test étant équipé d’un capteur de puissance SRM (une référence sur le marché), Alex me communique ma puissance et le nombre de répétitions moyen réalisé pendant cet échauffement. Résultat ; 182 Watts à 90 RPM

L’idée ici est de voir dans quelle mesure les évolutions des réglages du vélo permettront de gagner progressivement en puissance.

Si ça vous intéresse, vous trouverez ici un article plutôt bien fait sur la puissance moyenne des cyclistes pro selon la durée de l’effort et leur PMA. C’est assez bluffant, les pros ont une puissance comprise entre 288 et 320 watts lorsqu’ils sont en endurance modérée (jusqu’à plus de 1 300 watts sur 1mn !)… 

C’est confirmé, je ne serai jamais cycliste pro 🙂

C'est parti pour les réglages progressifs

Toujours sur le vélo test, Alex prend le temps d’observer mon pédalage, ma cadence, ma posture sur le vélo… 

De temps en temps il m’arrête pour effectuer un changement, bouger la hauteur de selle, son recul, la potence… Et à chaque fois il me demande mon ressenti sur chaque changement réalisé. 

N’oublions pas que le plus important reste son propre ressenti, les outils de mesure de puissance ne sont pas là que pour confirmer l’impact sur la performance ! 

Et c’est assez dingue parce qu’à chaque changement, je ressens que je me sens de mieux en mieux, plus à l’aise sur le vélo, plus efficace ! 

Et le résultat est là… 1h de vélo plus tard, après avoir testé les différentes positions (mains sur les cocottes, mains dans le cintre, allongé sur les prolongateurs), ma puissance moyenne est passé à… 230 Watts avec une cadence à plus de 110 RPM (une cadence que je n’atteignais jamais sans être à bout de souffle même sur un petit braquet !)

Bon encore un fois, la puissance est un simple indicateur. Alex me confirme que tout le monde n’atteint pas un gap de puissance aussi élevé après une étude posturale (+50 Watts pour ma part) ! 

Après c’est sur, l’enthousiasme de l’exercice peut aussi jouer un peu sur les Watts… Même si j’ai quand même veillé à garder un niveau d’effort stable !

Fin de l'étude posturale avec la réplique des côtes sur mon vélo

Ca fait maintenant 2 heures que je suis dans le magasin, un peu plus d’une heure sur le vélo avec une position qui me convient parfaitement… 

Il est temps maintenant de répliquer les mesures sur mon propre vélo. Et pour ça Alex s’occupe de tout, même de changer ma potence, trop courte pour ma nouvelle position.

Il m’explique étape par étape les changements qu’il réalise pour que je puisse le refaire moi-même par la suite, accompagné de ma petite fiche personnalisée qui résume toutes mes mesures !

Il va maintenant falloir habituer les muscles à cette nouvelle position, de préférence avec de gros braquets pour plus d’efficacité et de rapidité !

résultat côte vélo étude posturale

Pour conclure : une très bonne expérience, basée sur l'expertise avec une pointe de technologie !

Je ressors ravi et impatient de tester ces nouveaux réglages. 

C’est en effet une très bonne expérience, s’appuyant sur l’expertise d’Alex, un habitué de ce genre d’exercice. En plus le fait d’être positionné sur un vélo avec un capteur de puissance permet aussi de bien se jauger et de se rassurer sur l’efficacité du test – même si parfois, un peu enthousiaste, on peut appuyer plus sur les pédales sans se rendre compte 🙂

Encore une fois, choisir l’endroit de son étude posturale va dépendre du mix recherché entre :

  • Des centres avec davantage de technologies (vision 3D, statistiques plus riches etc.) – souvent plus rapide et beaucoup plus automatisé
  • L’expérience, l’expertise et le regard d’un pro sur le sujet

Ici j’ai clairement pu trouver un bon mélange entre ces deux paramètres !

Bibiliographie

One comment on “Etude posturale ; conseils, bénéfices et méthode

  1. Julie dit :

    Super intéressant! On attend avec impatience un retour de tes nouvelles sensations sur route!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top